« Lieu d’élaboration, de partage, de mise en mots d’impressions, de sensations »,
le séminaire Babil-Babel réunit « une somme de personnes associées dans une réflexion dirigée par une question ».
(Emprunts à Jean-Marie Vigneaux dans Lire des livres aux tout-petits, Spirale n°67, 2013)

L’Agence quand les livrent relient se donne pour objet de « favoriser une expérience littéraire dès la naissance et tout au long de la vie » et met les albums au cœur de ses actions et de ses recherches. Depuis sa création, ses membres fondateurs et ses adhérents réfléchissent à la place et au rôle des rencontres avec l’album dans le développement du langage du jeune enfant et en observe les nombreux effets. Avec le séminaire Babil-Babel, notre intention est de donner une autre dimension à cette réflexion en créant un nouvel espace de rencontres et d’échanges interdisciplinaire : une recherche - action qui associera personnes de terrain, universitaires, spécialistes, artistes et en particulier des auteurs et illustrateurs jeunesses… Le séminaire Babil-Babel veut interroger ce que parler veut dire en liant cette question à notre interrogation constante sur ce lire veut dire… Lire et parler une langue, plusieurs langues seront le cœur de notre travail en rapport avec ce que nous savons des albums et des tout-petits et de la rencontre entre de ces deux univers.
Avec le séminaire Babil-Babel, nous voulons questionner ces notions de langue maternelle, de bilinguisme, de plurilinguisme, de traduction, de langue des signes, de langage des images fixes ou animées, de littérature orale…

En favorisant une approche interdisciplinaire qui associe chercheurs universitaires, artistes, cliniciens, personnes qui partagent des lectures d’albums dès la naissance et tout au long de la vie dans différents cadres et différents lieux, et en créant ainsi avec eux un espace de transmission des savoirs dans un dialogue avec les pratiques, ce séminaire voudrait permettre de :

  • faire un état de la recherche et construire une connaissance fine et profonde sur ces sujets ;
  • renforcer et étayer les actions existantes, imaginer de nouvelles pistes, outiller les professionnels ;
  • faire découvrir et/ou reconnaître la place fondamentale des rencontres avec l’album dans la construction de l’individu et dans son entrée dans la langue, la culture et les arts ;
  • impulser une dynamique partagée par divers champs de recherches.


Ce séminaire, initié par l’Agence quand les livres relient avec le soutien de la Fondation SNCF, et posé d’emblée dans un partenariat avec Mana (un axe de recherche va être mis en place à Bordeaux) et Le Furet, a pour but de faire valoir un travail de recherches autour des langues et dans un lien avec les albums, objet de recherches privilégié de l’Agence quand les livres relient.

Pour mettre en place ce séminaire et afin d’ouvrir sa recherche et enrichir ses réflexions, l’Agence quand les livres relient a souhaité associer particulièrement l’association « Le Furet - petite enfance & diversité » et l’association Mana. « Le Furet - petite enfance & diversité », dont le siège social est à Strasbourg, a pour vocation de prévenir les exclusions et les discriminations dès la petite enfance. Depuis plus de 15 ans, elle organise des formations, coordonne des recherches, publie une revue nationale et une revue européenne. Elle organise, entre autres, « les vendredis du plurilinguisme ». L’association Mana, dont le siège social est à Bordeaux, est engagée dans les soins psychothérapeutiques et la prévention auprès des populations migrantes.


Avec le séminaire interdisciplinaire et itinérant Babil-Babel, l’Agence souhaite amplifier et renforcer les missions qu’elle s’est données lors de sa création :

  • donner de la visibilité aux enjeux et pratiques avec l’album dans les territoires, rencontres inscrites dans le quotidien, sans souci du spectaculaire ;
  • construire et animer un réseau national en créant des liens entre les projets, entre les professionnels – bénévoles et salariés ;
  • réaffirmer les bienfaits de la lecture comme pratique culturelle et artistique, et contribuer à la reconnaissance de l’album comme un genre littéraire à part entière ;
  • soutenir enfin le développement des rencontres avec l’album et contribuer ainsi à une politique publique du développement de la lecture, dès la naissance et auprès de tous les publics, en ayant une attention pour les personnes les plus éloignées de la culture, en situation d’exclusion, d’échec scolaire, d’illettrisme…


Cette recherche menée en partenariat à Paris et en régions pourra prendre plusieurs formes. Elle s’inscrit dans le champ du « vivre ensemble » que la Fondation SNCF met au cœur de ses préoccupations. L’ambition du séminaire Babil-Babel est de participer à l’élaboration d’une culture partagée, quelles que soient les origines sociales, culturelles et linguistiques des personnes.
Parler ensemble, penser ensemble, vivre ensemble… dans un souci de culture et d’altérité.